L'IE Afrique à l'occasion de la Journée internationale pour la protection de l'éducation contre les attaques

"Les éducateurs et les élèves ont été victimes de conflits dans de nombreux pays africains et dans le monde.  Ils ont été attaqués, tués, portés disparus, enlevés contre rançon et mutilés au Nigeria, au Mali, dans le nord du Mozambique et dans plusieurs autres pays africains a déclaré  le Dr. Dennis Sinyolo, Directeur Régional de l'Internationale de l'Éducation (IE) Afrique, lors d'un événement virtuel de l'UNICEF et de l'UA commémorant la Journée Internationale de Protection de l'Education contre les Attaques le 9 septembre 2021,  en collaboration avec le Rapporteur Spécial des Nations Unies sur les enfants victimes des conflits armés, le Dr. Robert Nanima, et le Rapporteur Spécial  l'Education, l'Amb. Moushira Khattab. 
 
L'événement visait à sensibiliser sur la situation actuelle des attaques contre l'éducation au niveau du continent, à construire une alliance sur la protection de l'éducation contre les attaques avec diverses parties prenantes, notamment les jeunes , les États, les autorités nationales et locales, les populations victimes et les Organisations de la Société Civile (OSC) et à créer une dynamique pour la quatrième conférence internationale sur la Déclaration sur la Sécurité dans les écoles en octobre 2021.
 
Le Dr Dennis a également observé qu'en dehors des atteintes physiques, on assiste à une attaque contre la liberté académique et l'autonomie professionnelle dans de nombreux pays, empiétant sur la capacité des enseignants à mener des recherches objectives et à enseigner efficacement. 
 
Il a souligné qu'il existe un écart important entre les engagements écrits et la réalité sur le terrain. Par conséquent, les gouvernements doivent redoubler d'efforts pour protéger les enseignants et les élèves contre les attaques en passant des paroles aux actes, des engagements écrits sur le papier à la pratique sur le terrain et en s'assurant que :
  1. Les écoles et toutes les institutions éducatives sont des sanctuaires sûrs et protégés des attaques.
  2. Les gouvernements, l'ONU et ses agences, ainsi que les organismes régionaux tels que l'Union Africaine, prennent des mesures concrètes et immédiates pour protéger les écoles et toutes les institutions éducatives, les éducateurs et les élèves contre les attaques.
  3. Des mesures urgentes soient prises pour sauver tous les élèves et éducateurs qui ont été enlevés. 
  4. Les gouvernements et les partenaires fournissent un soutien psychosocial et d'autres mécanismes de soutien aux victimes d'attaques.
  5. Les gouvernements et l'ONU prennent des mesures législatives et concrètes pour promouvoir et protéger la liberté académique et l'autonomie professionnelle des enseignants.
 

[Mon, 13 Sep 2021 11:27:00 +0200] | DIGG CETTE

[Source URL]


Website Development and Design by Cyblance