Le Syndicat des Enseignants du Nigeria renforce sa campagne contre la commercialisation et la privatisation de l'éducation

Dans le cadre de la campagne mondiale de l'Internationale de l'Education (IE) contre la commercialisation et la privatisation de l'éducation, le Syndicat des Enseignants du Nigeria (NUT), en collaboration avec la Fondation Friedrich Ebert Stiftung (FES), a organisé deux réunions virtuelles de sensibilisation.
 
Les principaux objectifs de la première réunion virtuelle qui s'est tenue le 4 août, étaient les suivants (a) évaluer l'impact de la pandémie de la COVID-19 sur l'éducation, ainsi que la nécessité de prendre des mesures de redressement appropriées pour minimiser son impact et, (b) établir un consensus des parties prenantes, en vue d'une réouverture sûre des écoles. Pour mettre en œuvre ces objectifs, le président du NUT, le Dr Nasir Idris, a demandé aux enseignants de respecter les protocoles de la COVID-19 édictés par l’OMS et les a rassurés que le syndicat accorde une grande importance à leur bien-être. La réunion a été suivie par de nombreux participants, dont des représentants du gouvernement, des dirigeants de NUT, des représentants de l’Association des Parents d’élèves et Enseignants du Nigeria (NAPTAN), des membres de la société civile, ainsi que des représentants du bureau régional de l'IE Afrique.
 
Entre autres, M. Karibu Aliyu, le modérateur national de la coalition d'Action de la société civile sur l'Education pour Tous (CSACEFA), a encouragé toutes les parties prenantes à travailler ensemble pour s'assurer que les projets d'apprentissage en ligne profitent à tous les élèves. Le Secrétaire Général du NUT, le Dr. Mike Ike Ene, a également mentionné que NUT veille à ce que les opinions des enseignants soient prises en compte dans les plans de réouverture des écoles par le gouvernement. Au cours de la réunion, Mme Lucy Barimbui, coordinatrice régionale de l'IE, a partagé avec les participants, les lignes directrices de l'IE Afrique sur la réouverture des écoles et a exhorté NUT à participer au sondage sur la COVID-19 de l'IE Afrique qui était en cours. 
 
La deuxième réunion virtuelle, qui était le suivi des activités de la campagne mondiale contre la commercialisation et la privatisation de l'éducation, a réuni plus de 100 participants des départements administratifs du NUT. Les objectifs de cette réunion, tenue le 25 août, sont les suivants (a) analyser les questions concernant la commercialisation et la privatisation de l'éducation dans le cadre de la COVID-19, et (b) examiner la formation des enseignants professionnels en vue d'une utilisation efficace de la technologie dans l'éducation.
 
Au cours de la réunion, le Coordinateur Régional Principal (CRP) de la région Afrique de l'Internationale de l'Éducation, le Dr Dennis Sinyolo, a souligné que l'éducation est indispensable à la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD) et qu'elle constitue un droit humain fondamental et un bien public. Il a exhorté le NUT de continuer à défendre de manière dynamique la profession et l'éducation en général.  Il a ensuite félicité la FES pour sa collaboration et affirmé qu'il est optimiste sur le fait que la campagne contre la privatisation empêchera les tentatives de mettre en place des politiques furtives qui conduiront à des inégalités au Nigeria.
 
Dans son intervention, le Président National du NUT, le Dr. Nasir Idris, a exprimé sa préoccupation sur la question de la commercialisation et de la privatisation de l'éducation et son impact sur le droit de chaque enfant à l'éducation, ainsi que sur la non-reconnaissance du rôle des enseignants dans la résolution des nouveaux défis, tendances et développements dans l'éducation. De plus, a-t-il indiqué, les programmes d'enseignement à distance ou en ligne mis en place par les gouvernements des États et les acteurs non étatiques, dans le contexte de la COVID-19 ne répondent pas aux besoins de certains élèves des zones rurales. 
 
D'autres intervenants du Nigéria ont également confirmé que l'apprentissage en ligne introduit pendant la crise de la COVID-19 constituait un défi pour les enseignants en raison du manque de formation sur les nouvelles technologies de l'enseignement et de l'apprentissage en ligne dont l'accès était difficile d’accès en termes de couts, d'adaptabilité et de cohérence.
 
La coordinatrice régionale de l'IE, Mme Lucy Barimbui, a profité de l’occasion pour partager les recherches de l'IE sur la commercialisation et la privatisation de l'éducation, à l’ère de la COVID-19. NUT et les membres de la société civile au Nigeria ont été mandatés de   veiller davantage sur les éventuelles politiques élaborées en matière d'apprentissage en ligne, afin de s’assurer que les élèves soient protégés et que le rôle de l'enseignant reste au centre d'une éducation de qualité.
 
Les participants de ces deux réunions virtuelles ont lancé un appel au Gouvernement Nigérian pour qu'il applique rigoureusement les protocoles et lignes directrices de la COVID-19 de l'OMS ; qu'il fournisse un soutien psychologique aux enseignants et aux élèves ; et qu'il alloue des fonds suffisants pour garantir la réouverture des écoles en toute sécurité. 
 
Le syndicat a également invité le gouvernement à superviser et à réglementer les activités du secteur privé de l'éducation et à garantir une éducation de qualité inclusive et équitable à tous les enfants du Nigeria.
 

[Wed, 16 Sep 2020 13:37:00 +0200] | DIGG CETTE

[Source URL]


Website Development and Design by Cyblance