Irak : la sécurité et la continuité au cœur des lignes directrices du KTU pour la nouvelle année scolaire

Les salaires, la sécurité et la révision des plans d’études, des horaires et des programmes représentent des aspects centraux des propositions du KTU pour cette année scolaire.
 
« Nous savons que la pandémie de COVID-19 a eu un impact négatif sur tous les aspects de la vie, en particulier sur le processus d’éducation », a déclaré le président du KTU, Abdalwahed M. Haje. « Nous ne devons pas rester désespérés face à cette pandémie et attendre que le destin en réduise l’impact ou la guérisse. »
 
Selon Haje, les membres du KTU doivent être proactif·ive·s, travailler dur au niveau local et chercher des solutions efficaces pour protéger la santé et le processus d’éducation.
 
Propositions clés du KTU
 
Le KTU propose les mesures suivantes pour poursuivre au mieux le processus d’éducation :
  • Les salaires du personnel éducatif doivent être payés tous les 30 jours, sans déduction, afin d’assurer la motivation et la continuité des heures de cours si nécessaire.
  • La sécurité des étudiant·e·s et du personnel doit être assurée. Pour cela, il faut des environnements d’apprentissage et d’enseignement sûrs, notamment en nettoyant, en fumigeant et en aménageant les salles de classe, les salles des profs et les bureaux des chef·fe·s d’établissement, avec la distance physique et le temps nécessaire pour étudier. Par exemple, il est possible d’augmenter le nombre de classes ou de diviser les groupes en deux. Le KTU demande également la fourniture de masques, de gants et de matériel de stérilisation, ainsi que d’un·e spécialiste médical·e dans les écoles.
  • Le programme d’études doit être revu à la lumière de la pandémie de COVID-19. Par exemple, le programme pourrait se concentrer sur des sujets majeurs et importants. De plus, les activités qui n’affectent pas le contenu du programme et qui entraînent des difficultés pour se protéger et s’éloigner les uns des autres, telles que les activités sportives de groupe, pourraient être annulées.
  • Les horaires des cours doivent être revus. Il convient de réduire le temps d’étude, ainsi que de développer les relations entre les enseignant·e·s et les étudiant·e·s par la communication via les réseaux sociaux ou d’autres moyens électroniques, et par d’autres méthodes. Il devrait être possible de mettre en place un système mixte, complétant ce qui est étudié en classe par des moyens électroniques d’apprentissage et d’enseignement.
  • De nouveaux plans d’étude et de nouvelles méthodes d’évaluation doivent être appliqués. Le ministère et les parties concernées pourraient prévoir que les enseignant·e·s soient formé·e·s à l’apprentissage électronique et aux cours en ligne. Il faut également envisager de tenir compte de l’expérience de l’enseignant·e, de lui fournir un accès permanent à Internet et de doter les classes de smartphones, de tablettes et d’ordinateurs portables.
  • Les directives internationales et nationales pour l’élimination de la pandémie de COVID-19 doivent être pleinement mises en œuvre. Une attention sérieuse doit être accordée aux moyens de prévenir l’infection et de faciliter la recherche liée à la pandémie par la communauté sanitaire et les spécialistes. Des efforts doivent également être entrepris pour garantir la sécurité des personnes, notamment dans les écoles.
  • L’expertise et l’expérience des organisations internationales, des institutions privées et des organisations d’enseignants doivent être prises en compte.

[Tue, 08 Sep 2020 08:45:00 +0200] | DIGG CETTE

[Source URL]


Website Development and Design by Cyblance